Google : une amende pour abus de position dominante

 

Même les plus grands ne sont pas épargnés. En raison de son abus de position dominante pour avoir mis sur un piédestal son service de comparaison de prix « Google Shopping », Google se voit écoper d’une amende par la Commission européenne. En comptant Microsoft dans les années 90 et 2000, ou Intel en 2009, Google pourrait être le troisième leader mondial à se voir sanctionné par une amende représentant 10% de son chiffre d’affaires. Comme le cas d’Apple en 2016, condamné à rembourser 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux indus à l’Irlande, Google subira-t-il les foudres de la Commission européenne ?

Google : un moteur de recherche très prisé

En termes de chiffres, Google domine largement les autres moteurs de recherche. Avec plus de 80% des recherches des internautes dans la zone euro, le géant américain prédomine les préoccupations de l’Union Européenne. Et avec Google Shopping, le comparateur de prix, l’amende risque d’être vraiment lourde. Si, par exemple, Yahoo lançait un site qu’il favoriserait par rapport à d’autres, cela ne serait pas sans risques pour la firme.

Tout commence en 2010, quand plusieurs sites de comparateurs de prix n’apparaissaient pas en première page des résultats de recherche de Google. Alors que Google Shopping est mis en avant. Par cette action intentionnelle du géant américain, la concurrence s’est donc vue affaiblie. Or, il est donc important de comprendre que chaque société doit avoir sa place dans les résultats de Google et qu’il ne peut y avoir d’abus.

En fonction des méthodes de référencement utilisées et du nombre de clients, il serait pourtant logique qu’elles bénéficient d’une place en top position. Google est d’ailleurs sous le coup d’autres enquêtes, toujours pour abus de position dominante. Mis à part sur Google Shooping, d’autres enquêtes sont aussi menées, notamment sur la plateforme publicitaire AdSense et le système d’exploitation Android.

Notez cette page
×